Pourquoi les marques de luxe doivent s’intéresser au succès du marché de la seconde main

Vestiaire Collective AW19 campaign, Photographer Fanny Latour (PRNewsfoto/BCG,Vestiaire Collective)

 

Le marché du luxe d’occasion n’est pas nouveau, mais a connu ces dernières années une croissance fulgurante.

Alimentée par les plateformes digitales, qui génèrent 25% des ventes globales, la seconde main devrait progresser en moyenne de 12% par an, contre 3% en moyenne pour le marché du luxe.

Avec 36 milliards de dollars en 2021 (contre 25 milliards de dollars en 2018), ce marché représente environ aujourd’hui 9% du marché total du luxe.

La seconde main représente une réelle opportunité pour les Maisons de luxe.

Les acteurs du luxe pourraient considérer la croissance de l’occasion comme une menace ; cependant le marché de la seconde main offre plusieurs opportunités pour l’industrie du luxe: un moyen d’attirer de nouveaux clients, d’augmenter les ventes, et d’accélérer les pratiques durables dans l’industrie de la mode.

 

Un moyen de recruter de nouveaux clients.

Les acheteurs de luxe d’occasion sont souvent des consommateurs n’ayant pas accès au luxe de première main, 71% des personnes interrogées indiquent acheter des marques auxquelles elles n’ont pas accès en temps normal.

Par conséquent, le marché de la seconde main est un excellent moyen pour les marques de luxe de toucher et d’imprimer leur marque dans l’esprit de ces potentiels clients.

En vieillissant, le client de seconde main voit son pouvoir d’achat augmenter, le prédisposant ainsi à transitionner vers le neuf.

Parmi les personnes interrogées, 62% ont déclaré avoir acheté pour la première fois une marque sur Vestiaire Collective et la quasi-totalité de ces 62% se disent prêts à racheter la même marque. Les recherches démontrent également que 57% achèteraient une nouvelle fois ou considèreraient l’achat de première main – ce qui les positionne comme des prospects de qualité pour le marché de la première main.

Un moyen d’accroître la durabilité dans le monde du luxe

Il est prouvé que le marché de l’occasion prolonge la vie des produits de luxe. La plupart des produits vendus sur les plateformes d’occasions sont de très bonne qualité, en effet, 62% sont peu ou non portés.

Cela crée ainsi une économie circulaire dans le monde du luxe, sujet brûlant dans l’industrie de la mode ces derniers temps.

Les marques de luxe qui soutiennent cette durabilité peuvent être fières de leur rôle éco responsable, et pourront bénéficier d’un tel positionnement notamment auprès des jeunes consommateurs fervents défenseurs de la durabilité.

Un écosystème plus responsable représente également un complément indéniable et un facteur de différenciation face aux diverses initiatives éthiques et aux responsabilités sociales des entreprises (RSE) généralement poursuivies par les acteurs du luxe.

Les Millennials (54%) et Génération Z (48%) représentent la majorité des consommateurs de seconde main.

« La seconde main prolonge la durée de vie des produits de luxe. La plupart de ceux vendus sur des plateformes de luxe d’occasion sont de haute qualité, avec 62% de produits non portés ou peu usés. Les Maisons qui souhaitent s’engager dans actions plus écoresponsables bénéficieront de cette économie circulaire du luxe » explique Olivier Abtan, Directeur Associé au BCG et responsable de l’expertise luxe au niveau mondial.

La bonne nouvelle, c’est que l’étude de Vestiaire Collective et BCG révèlent que plus de 70% des clients essayent d’acheter de manière éthique et que 13% considèrent la consommation durable comme un facteur primordial. Pour ceux qui consomment de manière éthique, 57% affirment que l’impact environnemental est leur première préoccupation.

Un accès à une offre vaste et une sélection de produits d’exception

 

Une autre raison expliquant la croissance rapide du marché de la seconde main est le fait qu’il offre une très large sélection de produits. Au-delà du vintage et des pièces issues de collections précédentes, les articles rares ou iconiques et notamment les éditions limitées provenant de collaborations sont très recherchées sur ce marché.

En effet, 90% des personnes interrogées sont familières avec ces collaborations et 50% disent avoir déjà acheté des éditions spéciales ou des pièces issues de collaborations.

62% des acheteurs trouvent le marché de l’occasion attractif aujourd’hui parce qu’ils recherchent des articles épuisés, des éditions anciennes ou limitées, et 83% parce que le marché offre un large choix de produits et marques.

En 2019, et par la sensibilisation à un monde sans gaspillage et soucieux de l’environnement, il est normal aujourd’hui de se tourner vers des achats réfléchis, et  le « seconde main » en est un. Pour le luxe, il permet d’accéder à des pièces vintage, des pièces qui ne verraient peut-être même pas la couleur de notre dressing, mais le « seconde main » est aussi important dans l’habillement en général. Elle serait presque aujourd’hui un acte militant.

Et vous, êtes-vous prêts à privilégier le « seconde main »?

Méthodologie

Basée sur une étude auprès de 1005 clients de Vestiaire Collective en octobre 2018, et sur la base des 12 000 répondants de l’étude BCG x Altagamma (2019).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *