Ce soir on mange Thaï!

Si l’on m’avait dit, qu’un jour, ce serait à Bangkok que je prendrais un cours de cuisine, avec mon cher et tendre, des coréens, des chinois et une prof thaïe, jamais je n’aurais parié dessus ! Nous avons concocté, mitonné, haché (menu), dégusté nos plats, tout cela au sein d’une ambiance bien sympathique. Grâce à qui ? A nos globe-trotteuses préférées.

Le tourisme culinaire c’est bien, très bien même. Entre nous, je ne pensais pas prendre autant de plaisir. J’aime découvrir, cuisiner mais de là à aller me coller derrière des fourneaux durant des vacances. Spontanément cela ne m’aurait pas effleuré. Et cela aurait été une erreur. Ce fut un super moment, une parenthèse de partage qui a duré près de 3 heures. Elles ont défilé sans que l’on s’en rende compte. Nous voici donc accueillis dans un espace très cosy, où trônent de jolies boites à thé, à épices, des paniers aux délicates formes. Une fois les inscriptions validées, chargés d’un panier en osier, tellement tendance, nous partons en direction du marchand de légumes. Pas tant pour acheter mais pour faire connaissance avec les fruits et légumes, les épices du pays. Au niveau senteur, une merveille, « vous le sentez le Chanel N°5 du pays »,dixit notre cheffe cuisinières, un gros citron à la peau bosselée le kaffir lime  Lorsque l’on appuie sur la pointe du haut, tel un vaporisateur, la magie opère avec un dégagement de parfum fruité. Citronnelle, gingembres (le root et le « normal »), piments (du plus doux au plus fort), basilic thaï (une tuerie ce basilic, on est loin de la Provence), leur évocation me donne faim ! Puis, notre groupe s’est dirigé, lentement parce que la chaleur était lourde, vers l’atelier cuisine (climatisé). Là, une grande table joliment dressée avec de superbes planches à découper et tous les ingrédients qui seront utilisés, harmonieusement dressés. Et toujours ces portes coulissantes, les chaussures laissées à l’extérieur. Des habitudes locales vite adoptées, on est d’accord. Nous avons enfilé les tabliers (très mignons). C’est bien la première fois que j’enfilais un tablier sans bougonner (moi un tablier de cuisine ? En rêve), salué les autres élèves en se présentant à tour de rôle. Vive l’anglais ! Même approximatif, ça fonctionne. Et les mains aident aussi.

Les choses vraiment sérieuses ont alors commencé.

Ecouter, suivre et surtout ne pas perdre le fil. L’anglais utilisé, agrémenté d’un accent thaï prononcé, vous comprenez alors qu’il était important qu’on ne loupe rien (à deux ça aide). Concentration maximale en dehors de quelques montées de fous-rires (ouf ! on est encore de grands enfants), tout s’est déroulé normalement. C’était carrément génial. Parce qu’on apprenait, on découvrait, on fabriquait, on partageait, on se plantait aussi (eh oui) mais même pas grave ! Un brin surréaliste tout de même mais pas SY (science-fiction), nous étions bien dans ce réel ! A savoir si les autres cours de cuisine se passent ainsi, je n’en sais rien, c’était ma toute première fois. Nous on a tout fait. Préparé, découpé, mélangé, cuit, picoré, gouté, participé, rigolé, savouré.Tout cela pour vous dire que si vous deviez partir loin, ou pas si loin, si l’on vous propose des cours de cuisine que vous ne connaissez pas, assistez-y ! C’est une autre manière de découvrir le pays ou la région visité.

Allez ce soir c’est thaï !

 

 

RECETTE Green papaya salad (Som Tum) – Salade de papaye verte au menu, une entrée bien connue (au moins en Thaïlande), entrée copieuse qui peut faire office de plat.

Ingrédients :

Un bol de papaye râpée

Un quart de bol de carotte râpée

Un long haricot vert coupé ou des petits haricots verts coupé

Quelques tomates cerises (coupées en deux)  ou une tomate coupée en morceaux

une cuillère à café de crevettes séchées (si vous n’êtes pas vegan)

3 petites cuillères de cacahuètes grillées

Un peu de piment (selon goût)

2 petites gousses d’ail (ou une seule si plutôt grosse)

2 cuillères à café de de sucre de canne

2 cuillères à café de nuoc (sauce de poisson)

4 cuillères à café de jus de citron

1 cuillère à café de pâte de tamarin.

Temps de préparation :

plutôt rapide (pas certaine qu’on est tous de la pâte de tamarin sous la main mais ça se trouve.)

Réalisation:

Mettre l’ail, les crevettes séchées, le piment et les cacahuètes dans un pilon et bien écraser le tout.

Ajouter les haricots et les tomates, pilez à nouveau rapidement

Assaisonner avec le jus de citron, le sucre, le nuoc, la pâte de tamarin

Ajouter la papaye, les carottes et soulevez bien le tout pour un mélange parfait.

Servir avec du riz ou d’autres légumes de saison.

Goût :

A tomber, super frais, délicieux, savoureux.

Variante: par personne, vous pouvez rajouter 2 à 3 crevettes cuites et marinées dans le bon jus du mélange.

Bon appétit !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *