ME MYSELF AND I : DE L’EGOISME DECOMPLEXE

Egoïsme : Nom masculin – Attachement excessif à soi-même qui fait que l’on recherche exclusivement son plaisir et son intérêt personnel.

Ouais les gars, l’égoïsme, c’est pas bien, l’égoïsme, c’est mal. C’est toujours ce qu’on m’a dit. Mes parents m’ont appris la notion d’altruisme et de partage. C’est tout naturellement que je suis devenue une personne plutôt tournée vers les autres… un peu beaucoup TROP !

Oui j’ai plein de défauts, mais l’égoïsme n’en fait vraisemblablement pas partie. Y’a toujours cette espèce de force intérieure qui me dépasse et me pousse à vouloir aider tout le monde.
La meuf c’est mère Thérésa dans sa tête, donc je m’arrête là parce que ça devient gênant.

Pourquoi je fais donc cet article ?Est-ce que c’est pour me faire passer pour un ange aux yeux de tous ?

Non. Déjà, personne pourra jamais croire ça voyons. Et deux, c’est surtout parce que j’en ai SUPER MARRE D’ETRE GENTILLE. C’est bon!

Il y a de cela un ou deux ans (oui c’est hyper récent), je me suis rendue compte que cette propension à toujours vouloir aider les gens, ne faisait pas de moi une personne gentille et sympa, mais une grosse PIGEONNE !

Alors j’ai décidé de changer, au moins essayer.

Je sais pas c’est quoi mon problème, mais je veux toujours que les gens qui m’entourent se sentent bien, à l’aise, je veux les aider à aller mieux quand ils vont pas bien, je connais leur boisson préférée au cas où ils passent à la maison, je ramène toujours un ti cadeau quand je reviens de vacances (et non pas un t shirt souvenir « New-York City » hein), j’ai même poussé des gens à reprendre leurs études… Bref man ni trop bagay enlé kont mwen !

NE FAIT PAS DE QUELQU’UN UNE PRIORITE DANS TA VIE SI TU ES UNE OPTION DANS LA SIENNE

J’ai toujours trouvé normal d’aider et soutenir ses amis. Sauf que comme dit papa
«tu considères cette personne comme ton ami, mais est ce que cette personne te considère comme son ami ? » Ahhh mi sé sa bagay la !

Après réflexion je me suis rendue compte que j’avais le don de porter certaines personnes aux nues, alors que la réciproque n’était pas vraie.

En vrai j’ai souvent été la roue de secours dans mes relations amicales et sentimentales.

Milan: voilà un exemple de mon degré de moutonnerie de l’époque

  • Après le 17,5 …. l’histoire du 15/20 
    Au lycée, y’avait ce groupe de filles. On venait de la même commune et on se connaissait depuis la primaire. Je pensais donc qu’on était amies. Error 404.
    Ces meufs faisaient leurs plans ensemble, sans moi (je découvrais trop tard qu’elles étaient allées faire du shopping à Fort-de-France ou qu’elles avaient organisé une soirée pyjama….).
    Je me rappelle de ce jour, où l’une de ces « amies » m’a demandé lors d’un contrôle de Géographie: « Charlina je suis fatiguée, tu peux me faire un brouillon pendant que je dors un peu ? »
    Oui elle me demandait de tricher en lui donnant les réponses au contrôle. Bien évidemment je lui ai fait son brouillon : un plan en 3 parties (et sous parties) avec introduction et conclusion. Après une heure de sommeil réparateur, elle s’est réveillée, a rédigé son contrôle et s’est tapé un pti 15/20 oklm !
    Notre amitié a pris fin quand je lui ai demandé de m’aider pour le Bac de math, et qu’elle m’a dit PL (=non).

Pendant mes études en France, c’était pire, j’étais la pigeonne ultime, celle qui héberge tout le monde et qui dépense ses 300€ de Crous pour les autres… TCHIP

Voilà. La meuf qui fait toujours passer les autres en premier !
Tout ça, ben ça m’a blessé. Ca m’a blessé, mais pas tout de suite. Ca m’a blessé des années plus tard, le temps que je prenne la mesure de la situation.

 

LA QUALITE AVANT LA QUANTITE 

Comme je l’ai déjà dit, la vingtaine c’est la période où tu ouvres les yeux sur beaucoup de choses. Les soirées en bande au Maximus à 20 ans, laissent place aux apéros en petit comité à 28 ans.

Manman avait déjà parlé pour moi hein: « ou pa bouzwin an pil kanmarad »
A l’aube de la 30aine, je comprends où elle veut en venir.

Des connaissances on en a plein, des amis peu. Avec le temps le tri se fait naturellement.
Tu vois tout de suite qui tient à toi, qui fait l’effort de te voir et qui te dit « faut qu’on se fasse un truc ça fait trop longtemps » sans donner suite.
Tu vois qui prend la peine de venir te chercher chez toi parce que t’as pas de voiture, qui accepte même de te payer le resto quand « chien pissé enlew » parce que « tkt c’est nous même » et qui te dit « ahhh c’est temps-ci j’ai trop de trucs à faire, j’ai pas une minute à moi» (mais sur ses snaps moun lan toujou an drive…)

Au début j’étais, comment dire, un peu triste, de ce type de comportement. Je me disais « je croyais qu’on était amis » atchèlmen mwen bien san fouté pa mal. J’ai Netflix I don’t care !

D’ailleurs, je suis de moins en moins affectée par la disparition de ces gens dans ma vie et la fonction      « bloquer le contact » de mon Whatsapp ne m’a jamais autant servi. Tu me saoules, tu dégages.

No time to lose!

 

MOI D’ABORD

J’apprends à penser à moi d’abord.

Mon séjour en Angleterre m’a pas mal aidée sur ce point.
6 mois presque toujours seule, ben ça te renforce et te fait prendre conscience que t’as pas forcément besoin de gens pour faire ce que t’as à faire : manger seule, visiter le pays seule, réserver une chambre d’hôtel seule…

Alors bien sûr, c’est plus marrant avec des potes mais écoute si tu veux faire un truc et que personne peux t’accompagner… ben c’est pas la fin du monde en fait ! #biggirl

Et puis surtout, on apprend à être moins présents pour certaines personnes. Même si parfois je dois me faire violence, j’essaye de me centrer sur moi-même. T’as des problème, sorry for you mais on en a tous.
Et puis franchement, j’ai ai un peu marre d’écouter les problèmes de gens qui n’écoutent pas les miens. Pardon, mais ça prend mon temps et mon énergie de t’écouter et te donner des conseils qu’au final tu ne suivras pas ! Donc soutenir un vrai ami en galère OUI, les autres désolée je peux pas j’ai piscine.

Bien évidemment je ne dis pas qu’il faut être complètement auto centré, se servir des autres et rien donner en retour. Je ne dis pas non plus qu’il faut vivre en ermite ou qu’il faut être en mode » solo perso ».

Non on est des êtres grégaires, on est fait pour vivre en société, on a besoin des autres.
TOUTEFOIS je dois me préserver, on doit se préserver. Faut arrêter de trop donner aux gens, désolée, mais, je dois plus penser à moi parce que je suis la seule à pouvoir vivre ma vie. Donc « que Dieu vous garde moi je n’ai pas le temps » #cédouvoice

ma déco de chambre personnalisée #beyoncé

 

Commentaires

  1. Didine971 says:

    J’adore, je kiff !! Je me retrouve parfaitement dans ton article et malheureusement, tout comme toi, je dois me faire violence tous les jours. Mais avant d’aimer les autres, de prendre soin des autres, il est toujours bien de commencer par soi. Love myself !
    Prends soin de toi, et au plaisir de te lire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *