ISABELLE CUEILLE «DÈS AUJOURD’HUI, LES ROSES DE LA VIE»

@amazones

 

Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain : cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.
Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène, 1578

Ouais si t’avais pas compris avec tous ces jeux de mots : Octobre Rose bat son plein. Octobre Rose, ce mois dédié à la campagne de communication pour le dépistage du cancer du sein et à la récolte de fonds pour la recherche.

A cette occasion, j’ai rencontré Isabelle, une Amazone, qui a accepté de nous raconter son histoire.

Et je vais pas trop blablater parce que Isabelle elle a des choses à dire, beaucoup de choses!

« CET INCONNU CHEZ MOI »

« LE FER, LE FEU ET LA CHIMIE »

Je n’aurais jamais pensé l’avoir un jour. 

Un peu comme nous toutes, Isabelle pensait que le cancer du sein, ça n’arrivait qu’aux autres. Elle vivait sa vie, et n’y pensait tout simplement pas.

Mais il était déjà là, il s’est immiscé dans sa vie, sans faire de bruit. Son cancer c’est clairement un reskiyè voilà c’est dit!

« Carnaval 2015: wonderwoman ne sait même pas qu’elle va devoir affronter un tsunami deux ans après »

« Je me palpe un matin en me baignant, je me savonne, et ma main tombe sur mon sein, à l’endroit précis, où y’a la tumeur. Je me dis aïe, qu’est-ce que c’est ! C’est pas normal ! Charlina je n’ai pas senti une boule, j’ai senti une masse

 Je sais déjà que c’est un cancer, je le sens. 

Pourtant sa dernière mammographie date de moins de deux ans.

Et là, tout s’enchaîne, examens, biopsie, et annonce des résultats. Elle s’engage alors dans un combat pour la vie, combat qui durera près de 2 ans. 

  • Chimiothérapie néo adjuvante pour diminuer la masse de la tumeur 
  • Tumorectomie afin d’enlever la partie du sein où la tumeur est localisée (différente d’une mastectomie où l’on retire partiellement ou totalement le sein)
  • Radiothérapie pour détruire les dernières cellules cancéreuses bloquant ainsi, leur multiplication 

OH on sort les grands mots! Jargon médical, tout ça tout ça ! J’ai regardé Grey’s Anatomy qu’est-ce que tu crois!

Bien sûr ce « traitement de cheval » comme elle l’appelle sera lourd à supporter. Sur le plan physique et émotionnel, une sorte de maltraitance du corps tout entier. 

« La radiothérapie c’est dur, ça te brûle la peau, mais tu te dis ouf c’est la fin des traitements. Le plus dur c’est quand même la chimio, la chimio c’est terrible. J’étais comme une larve, mal en point, semi-morte. »

« FANM SE CHATENGN »*

*la femme est une châtaigne, elle se relève de ses chutes 

Isabelle se laisse pas abattre, jamais. 

– As-tu pensé un moment … mourir ?
– elle prend une gorgée de son mojito, et me répond avec aplomb : je n’ai jamais douté…

Ahhh pardon madame! 

Faut comprendre qu’être dans le pathos c’est pas son truc à Isabelle!  Sortir les violons là han han ! Pani sa !
Ah ben c’est une Amazone, donc passée l’annonce des résultats (qui ne l’ont que peu surprise)  i té ja au combat! 

Ca s’explique par sa foi indéfectible, et tout simplement le fait que sé an fanm djok! La vie lui a pas donné le choix: « Pwoblem, sé épi sa i ka lévé lé bon matin ».

A l’annonce de son cancer, elle vivait déjà de nombreux drames personnels. Comme dit mon papa « Chien té pissé anley’ »

« A cette période je vivais pas mal de drames, je me suis dit c’est une épreuve en plus. Je suis croyante, je me suis dit: mais seigneur pourquoi tu me donnes cette épreuve de plus ? Pourquoi m’éprouver, je suis déjà attachée à toi ! Ok tu me donnes cette épreuve mais donne- moi la force de l’endurer.»

Ce qui l’a aidée à tenir c’est sa famille, de l’importance d’être bien entourée dans le processus de guérison: 

« Je ne l’ai jamais caché à ma famille. Tout le monde m’a soutenu, mes frères, mes enfants. Mes enfants ont eu peur, pour le futur.En ce qui concerne ma maman, ça a été un sacré choc pour elle, elle a été ébranlée. Mais elle a toujours été là, elle m’a boostée, m’a aidé à manger, elle ne supportait pas de me voir léthargique. » 

REDEFINIR SA FEMINITE 

Bon notre Super Amazone, a, comme tout super héros qui se respecte, ses moments de faiblesse hein: étant très coquette, elle craignait plus que tout, de perdre sa féminité.

@islandboiphotography @ihartericka

Et le cancer du sein, a cette petite manie de porter atteinte à cette féminité, qui nous définis, fais notre essence. Une féminité qu’il faut se réapproprier, autrement. 

« La mastectomie c’était vraiment ma plus grande angoisse : j’ai dit seigneur tu me donnes des épreuves je les accepte mais s’il te plaît, pas celle-là. »

Elle en sera épargnée. « J’ai gardé mon sein, il est plus petit mais je l’ai gardé. »

Et puis surtout, il a fallu subir les affres de la chimio et apprendre à vivre avec la maladie, la dompter même, ne pas la laisser prendre le dessus sur tout.

« Je me rappelle un jour j’ai dévalisé un magasin, je voulais plein de couleur, de vie, je voulais être coquette, j’étais terne…
Ah non je me suis pas laissée aller, je faisais encore plus à attention à moi : marés tèt, accessoires en wax, make up ! On m’a dit « on dirait que t’es encore plus belle.»

Une façon pour elle de dire  au cancer: « Ok t’es là mais tu vas pas m’empêcher de vivre.»

« je sors avec ma tête maré, toujours sans cheveux, sans cils, sans sourcils… avec mon cathéter sous la peau (pour la chimio) »

LA VIE APRES LA VIE

UNE AMAZONE QUI « VOIT LA VIE EN ROSE »

Il semblait important pour Isabelle de donner du sens à ce qu’elle avait traversé. Guérir oui, mais que faire de cette chance que la vie te donne ? Il lui fallait être dans la transmission:

« Quand j’ai rencontré les amazones, j’étais encore malade, je voulais faire quelque chose, je suis allée sur google et j’ai trouvé cette association qui allait dans mon sens. J’ai trouvé Amazones sur Google et je me suis dit « c’est moi ».
Je suis allée à la villa rose de 2017- « moi aussi je veux faire la même chose »- … même si j’étais malade! »

Elle commencera par une distribution de flyers avant de devenir membre active de l’association.

@amazones défi 24h des cœurs

Amazones deviendra pour elles et tant d’autres femmes, plus qu’une association, c’est une nouvelle famille, une sororité aimante et bienveillante:

« Oui les Amazones sont ma nouvelle famille, on partage le même état d’esprit. Dès qu’on se voit on se fait tout le temps des bisous, des câlins on est heureuses de se voir! On est bienveillantes entre nous on ne se juge pas, on fait des grillades, on va à la plage… Malgré les difficultés on a toutes quelque chose à s’apporter.»

Des femmes qui s’accompagnent ensemble vers la résilience.

« Les Amazones ne pleurent pas, elles avancent. »

Isabelle entourée de @alexandraharnais fondatrice de l’association Amazones et @chantalpaller cover girl du magazine Amazones

Si vous respirez encore, c’est que vous avez une seconde chance. »
Oprah Winfrey

Quand j’ai contacté Isabelle pour lui dire que je voulais écrire un article sur son histoire en l’axant sur les points positifs qui résultaient de cette expérience douloureuse, elle m’a manifesté son enthousiasme:

« Oui, c’est ça le message que je veux transmettre, je ne veux pas qu’on pleure, il faut être dans le positif. » 

Alors qu’est ce qu’on fait quand la vie nous donne une seconde chance? 

+ = + 

Le positif attire le positif. Mantra de la YouTubeuse @lenasituations

Le premier changement qu’elle a opéré concerne son entourage. Isabelle refuse désormais de fréquenter ces personnes qui la « tirent vers le bas »: « Le négatif, j’ai déjà connu. »

Elle s’est naturellement éloignée de personnes qui ne partageaient plus sa vision de la vie, elle évite de se laisser submerger par un environnement trop nocif pour elle, et surtout elle s’est encore plus rapprochée de ceux qui comptent vraiment sa famille, ses enfants et ses sœurs de cœur, les Amazones.

« C »est plus épuré mais de qualité. »

MOI D’ABORD 

Isabelle, c’est une vraie pile électrique, travailler, faire des heures sup’ à n’en plus finir, courir à droite à gauche, ne pas écouter son corps c’était son quotidien… Ben, elle s’est légèrement calmée … non c’est faux, elle s’est jamais calmée! C’est toujours une pile électrique, différente, mais électrique quand même! I pa ka pozé! Elle se consacre de plus en plus au sport par exemple.

A gauche juin 2018: « je veux reprendre mon sport mais trop tôt mon corps n’est pas prêt je dois déclarer forfait. » à droite novembre 2019: « 3e participation consécutive au Jou ouè du semi marathon de fdf. Je fête la fin des traitements chimio et radio. »

« j’ai appris à écouter mon corps, et à me recentrer sur moi-même. Si je ne veux pas faire quelque chose, je ne le fais pas. Je me fixe des limites au travail, et si la journée a été trop difficile, je vais me poser à la plage de Sainte-Luce après le travail. »

@isabellebaron

Elle n’hésite plus à sortir de sa zone de confort pour vivre de nouvelles expériences.

« Je n’ai plus de limites, j’ai connu le pire, j’ai tout à gagner. »

NON.

Ouais je sais ça te parle aussi! On a tendance à vouloir faire plaisir à tout le monde, et à s’oublier. Ben Isabelle aussi, elle était comme ça: toujours tournée vers les autres, à passer un temps fou à choisir un joli cadeau pour l’anniversaire de Marie-Cécile, à aider Josette à déménager…

« Avant ma fille me disait maman tu es trop bonne trop conne. »

Mafi si tu l’as voit maintenant! Elle a le non facile hein! I pa envi fè an bagay i pa ka fèy! Ou pé faché mais ou kay ni dé pèn sé faché épi défaché!

Isabelle s’impose moins de contraintes, elle fait fi des codes sociaux! Elle n’a pas votre temps!

« Je suis plus san fouté! »

SAVOURER LE TEMPS

Isabelle a tout fait pour vivre, elle s’est battue, pour elle et surtout pour ses enfants.

« Parfois, c’était dur, j’arrivais à Clarac et l’odeur de l’hôpital me rendait déjà malade, je ne pouvais pas rentrer, je ne pouvais pas, je disais à l’infirmière: s’il te plaît laisse moi rester dehors, je ne peux pas rentrer. »

Mais elle s’est accrochée. « Je ne pouvais pas les laisser seuls. »

Alors croit moi, qu’elle connait désormais, la valeur de cette vie. Désormais, elle s’émerveille de tout: le soleil qui se lève, un colibri qui butine, se faire interviewer par une jeune Martiniquaise aussi belle qu’intelligente. (je parle de moi là hein)

«Je savoure tout, avec les gens que j’aime. Ma devise c’est ce qui ne te tue pas te rends plus fort…»

@isabellebaron Isabelle profite de son carnaval!

Et isabelle est bien vivante ! Elle a plein de projets en tête, toujours guidée par cette démarche de transmission.

Bon bon, on parle de la vie tout ça… Le vrai objectif de cet article est ailleurs. Isabelle n’a qu’un seul message à faire passer en réalité: Elle cherche le « prince charmant qui va mettre des paillettes dans sa vie. »

Veuillez déposer vos candidatures ici 

(j’ai transmis le message hein)!

Bref Isabelle ka débatché enlè zot donc préparez vous, vous êtes même pas prêts!

@isabellebaron

Cette rencontre avec Isabelle est l’une des plus belles et marquantes qu’il m’ait été donné de faire. Pourquoi?

Parce qu’elle me fait grave me questionner sur la notion de bonheur. Elle nous rappelle si besoin était (encore) que le positif émerge toujours. Même du négatif. Olala la crise existentielle!

Alors elle vit, peut être plus intensément.. Une vie, colorée, plus pixellisée.

Les Amazones ne nous sensibilisent pas simplement sur le cancer du sein, non elles font bien plus que ça: elles nous rappellent de vivre. Parce que elles, elles savent mieux que quiconque ce que ça fait de manquer de la perdre.

Nous on sait pas.

Son histoire fait écho à cette phrase de Riss, survivant des Attentats de Charlie Hebdo et désormais Directeur du journal dans son livre Une minute quarante-neuf secondes:

« Les gens vivants ne savent pas qu’ils sont vivants […] ils jouissent de tout ce que la vie leur donne, il ne s’en rendent pas compte. Ils vivent comme des bêtes, inconscients de leur existence. Quand la mort s’approche d’eux. Ils se réveillent. Trop tard. »

Et si c’était ça le vrai message d’Isabelle? Nous dire qu’il n’est pas trop tard?

 

Octobre Rose c’est pas fini :

Rendez-vous sur les sites de :

  • Projet Amazones ici
  • Ma tété

Pour toi aussi participer aux prochains temps forts de ce mois pour toi aussi soutenir cette noble cause. On compte sur toi! Mets du rose dans leurs vies!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *