MES VACANCES À MYKONOS

@privatefly

Hello, c’est encore Korry et pour cet article je vais vous raconter mon dernier périple. Des vacances de dernière minute en Grèce avec ma bande de copines, 5 jours de détente. Meri, nous a dégoté un sublime appartement avec terrasse cernée par de fabuleuses fleurs de lys, placé en plein centre-ville, et à seulement 5 minutes de marche du bord de mer. Je ne sais pas si vous visualisez un peu le décor de la ville…

Mon voyage avait plutôt mal commencé, en allant à la plage j’ai perdu mon portefeuille. Chance ultime une touriste me l’a rapporté, chose rare. Il y a pas mal de vol à Mykonos, pas de quoi devenir parano mais je vous conseille tout de même de garder un oeil sur vos affaires. S’en est suivi, la plus grosse galère de la ville: LES BUS… Pour être plus précise la station de bus la Fabrika , que je nommerais plutôt la Galeria, vu la durée de notre attente. Près de 45 minutes d’attente et dans l’incapacité totale de monter dans les deux bus qui se sont présentés à nous: une vraie boucherie et le mot est faible. Louer une voiture, ou un scout est clairement une bonne idée. Nous voilà arrivées sur la plage, malheureusement aucune place de libre avec parasol. Pour éviter de cramer, on file dans l’eau. 

Et là … c’est magique. L’eau est parfaite et on oublie tous nos problèmes. J’ai même zappé la vidéo-conférence que je devais avoir 20 minutes plus tard. C’est clairement autre chose que le délire Paris Plage que l’on essaie de nous vendre depuis des années. À notre retour sur la terre ferme, nous avions comme par magie 3 transats avec parasol qui nous attendaient. Un signe du destin pour nous notifier que nos vacances commençaient maintenant! Après avoir passé notre après-midi à bronzer, nous avons été conviées par l’un des employés du bar à venir faire la fête. La soirée était terrible… Je peux utiliser ce mot?!? Car je pense qu’il n’y en a pas d’autre pour qualifier ce que l’on a vécu. Au moment de quitter la fête avec regret, je me suis retrouvée avec le sac d’une américaine que l’on venait de rencontrer et avec qui on avait fait la fête. Cela faisait deux heures qu’elle avait disparu de notre champ de vision, en très bonne compagnie je dois l’avouer. Rentrées à minuit à la maison, on tombe de fatigue tellement cette journée nous a épuisée. On a quand même fait la fête pendant 5 heures!!!

Le travail ne s’arrête jamais

Le lendemain, nous nous sommes levées tôt pour organiser un petit déjeuner avec des Norvégiennes qui résidaient juste au-dessus de chez nous, à base de fruits frais et de jus de citron local.

Concernant le reste de la journée, mes copines sont plus dans l’optique de vivre au jour le jour, mais je savais qu’à un moment j’allais pouvoir reprendre mes vieilles habitudes en organisant quelque chose. J’ai donc repris l’organisation des deux derniers jours et j’ai pu caser tout ce que l’on voulait faire et réserver un fabuleux dîner en bord de mer.

Nous avons l’habitude de tous fêter nos anniversaires ensemble sur Paris, mais pour le dernier en date celui de Lilit, nous avons réservé une table dans un restaurant de poissons. Nous avions tout prévu pour nous trouver au bord de l’eau et être servi au moment du coucher de soleil. Mission réussie! Une vue magnifique et un vin Grec local pour accompagner nos plats. Je n’ai jamais mangé de poisson aussi bien cuisiné de ma vie. Après ce fabuleux dîner et motivées à ne pas finir la soirée ainsi, on embarque en direction de « Big Paradise » pour faire la fête.

Nous sommes rentrées sur Paris encore plus fatiguées qu’à notre arrivée, mais la déconnexion avec la métropole a été totale. Sans compter les petites anecdotes, que je garde rien que pour moi.

À bientôt pour de prochaines aventures.

 

Korry Rudel Delpha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *