J’ESSAYE DE ME METTRE AU SPORT

 

J’ai bien écrit « j’essaye ». Parce qu’il faut bien que j’admette que le sport n’est plus vraiment mon allié depuis quelques années. J’ai donné, beaucoup, un temps.

La question du jour posée après l’exploit des Bleus. Non pas que je me sente une âme de championne (moi l’esprit de compétition? pfff) mais tout de même, le sport c’est quelque chose. Ca filerait presque des frissons. La vie avec son train d’enfer ne m’a plus laissée le temps… Excuse bidon, j’assume. Mais quel sport ? En lien avec la mer, l’océan, le  sol ? Comme tout le monde, j’en ai envie mais qu’est-ce qui me plairait vraiment ?

Flirter avec les vagues en mode surf ? En paddle surf ? je ne le sens pas vraiment. Le kite surf ? Non, là je ne m’y vois pas du tout. Le kayak ? Comment vous dire… Le wave ski ? Je ne tiens pas à me faire mal. La randonnée subaquatique ? A la rigueur, mais à mon rythme la rando. La voile ? En équipage pour le fun, en solitaire je vais m’ennuyer. Nager m’ennuie aussi. Par contre me laisser porter par les flots, j’adore mais ce n’est pas hyper efficace dans un cadre sportif. Dommage.

Le tour sur l’eau est terminé et rien pour moi. Vous avez remarqué que je n’ai pas cité les sports tendances qui permettent de voler, de plonger tout cela propulsé ? Je ne m’imagine même pas une seconde là-dessus. Et la plongée sous-marine ? Suis claustrophobe et je ne vois rien.

Au sol, la marche. Ok mais pas en pleine chaleur sinon je vais me décomposer et si quelques boutiques pouvaient se trouver sur le chemin ce serait appréciable. Au moins pour regarder, je laisse la carte bleue à la maison. Il faut faire un choix : eau ou CB, pas folle je prends l’eau. La course à pied ? Vous avez remarqué mon allant naturel pour les activités sportives qui demandaient un gros effort, n’insistons pas. La randonnée? Je peux vous dire que j’ai les chaussures adéquates et elles sont bien rangées dans le coffre de ma voiture dans un état impeccable. Un bon achat ces chaussures, vraiment.

Le beach-volley ? A regarder, avec un grand plaisir. Tout comme le beach-tennis. Remarquables disciplines méconnues, pas médiatisées et pourtant… On a quelques champions dans ce domaine (au niveau européen depuis le fameux dimanche 15 juillet) me semble-t-il. Enfin, bon, sait-on jamais, notre ministre des sports s’en souviendra un jour, n’en doutons pas. Peut-être le beach-soccer alors? Le terrain est super grand.

Le bad (who’s bad ?) ? Mon problème avec ce sport, au demeurant très sympathique, est sa pratique en salle. Evidemment, sinon comment voulez-vous que le volant suive sa trajectoire en cas de courant d’air ? Donc en salle, donc chaleur, donc non pas pour moi.

Alors que faire pour mon fessier, mes hanches, mes abdos, mes je ne sais plus quoi tellement il y en a (certains même insoupçonnés) ? En ai-je vraiment envie ? En suis-je capable ? A la deuxième ma réponse est « encore un peu oui », à la première je réponds : voilà, mon envie n’est pas hyper présente. J’assume.

Mais comme ma raison me guide, parfois, j’enfile mes baskets (pas pour pratiquer le sport du même nom) et je m’en vais arpenter les rues, appareil photo en bandoulière. Et c’est du sport aussi, pas intense certes, pas comme on l’entend, mais tout de même. 5 km par jour ça use mes semelles et fait du bien à mon esprit et à mon fessier aussi. Et croiser de l’humain pas dégoulinant c’est appréciable. Ca prendra plus de temps pour sculpter (encore mieux) mon corps de rêve (j’ai écrit « rêve »), c’est tout.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *