CES MÉTIERS QUI SE FÉMINISENT…(FORMEO)

Il y a quelques jours,  avait lieu, à la Martinique, la 2ème édition du salon FORMEO, Formation des Métiers et de l’Orientation. Un rendez-vous gratuit et ouvert à tous au Stade Louis Achille. L’occasion pour moi de rencontrer et d’échanger avec des professionnels sur leur parcours.

Je peux vous dire que les choses ont bien évoluées, au regard du grand nombre d’exposants présents, et surtout de toutes les formations proposées en local.

Le salon était découpé en plusieurs Espaces et Pôles:

  • A – Espace Démonstrations et Echanges
  • B – Espace Vie Pratique Etudiante
  • C – Espace Orientation / ONISEP / Insertion
  • D – Espace International
  • E – Espace Etudier autrement
  • F – Espace Fonction publique

 

  • Pôle 1 : Santé/ Social
  • Pôle 2 : Environnement / Agriculture
  • Pôle 3 : Biologie / Biochimie / Biotechnologie
  • Pôle 4 : Métiers du Droit et de la Justice
  • Pôle 5 : Information et Communication
  • Pôle 6 : Economie, Gestion, Commerce, Transport, Logistique
  • Pôle 7 : Industriel
  • Pôle 8 : Bâtiments, Travaux Publics
  • Pôle 9 : Hôtellerie, Restauration, Tourisme, Sport
  • Pôle 10 Arts, Culture, Audiovisuel
  • Pôle 11 : Informatique et Métiers du Numérique
  • Pôle 12 : CPGE, Grandes Ecoles
  • Pôle 13 : Université
  • Pôle 14 : Sécurité Nationale

J’ai pu discuter avec des « Experts-Métiers » Femmes (voir live sur le Facebook de Créola ici), mais aussi des femmes et jeunes femmes qui exercent ou ont envie d’exercer des métiers qui se sont féminisés au fil des années et qui selon elles sont maintenant accessibles sans barrières aux femmes.

J’ai donc rencontré Leila, actuellement en BTS Développement Agriculture des Régions Chaudes.

Leila, apprentie (BTS Développement Agriculture des Régions Chaudes).Salon Formeo 2018

Publié par créola sur vendredi 23 février 2018

 

Sellaye Marie-Julie, Technicienne de laboratoire

Sellaye Marie-Julie, technicienne de laboratoire 👩‍🔬Au Salon Formeo 2018

Publié par créola sur vendredi 23 février 2018

Mais aussi Mylène et Elsa,

 

Mylène (à gauche), Agent Hospitalier de profession, est également Brigadière Gendarme Réserviste. C’est un métier qui l’a toujours attiré! Elle a donc effectué une formation de 2 semaines à Redoute et vient en renfort des brigades depuis 1 an et demi.

Elsa (à droite), est actuellement Maréchale des Logis-Chef d’orléans au CRCS, Centre de Recrutement Concours et sélection. Elle a commencé en tant que gendarme adjoint-volontaire en 1999, puis a passé un concours pour être sous-officier et a par la suite évolué dans ce même domaine en occupant plusieurs posts. C’est un métier auquel elle n’avait jamais pensé et rêvait d’être Sage-Femme. Elle a été motivée à passer le concours, par des gendarmes qu’elle croisait tous les jours à l’ANPE, et après avoir réussi, c’est avec sa fille de 1 an qu’elle est partie en Métropole poursuivre cette belle aventure.

Toutes deux s’accordent à dire qu’elles ne ressentent pas de différence entre les hommes et les femmes dans leur fonction. Elles s’y plaisent, et mettent en avant la sécurité de l’emploi. Selon elles, ce métier requiert de la volonté, de l’envie, il faut être curieux et savoir se maitriser.

Christelle ROUS est Contrôleuse Principale des Douanes. Elle a d’abord été dans la branche surveillance pour lutter contre les grands trafics (stupéfiants, produits prohibés, tabac, alcool…) avant de devenir Cheffe d’unité. Elle avait alors 30 personnes sous sa responsabilité. Puis pour des raisons géographique, elle a intégré la branche commerciale. Aujourd’hui, elle exerce au service Navigation et est fière de son parcours.

Pour elle, il ne s’agit pas d’une administration misogyne et affirme que les métiers du domaine des douanes aussi diversifiés soient-ils, requièrent des femmes.

Pour évoluer dans ce domaine, il faut aimer le contact humain, être neutre (ne pas porter de jugement), être curieux…

 

Même si selon la loi, les femmes autant que les hommes sont en droit d’effectuer tous les métiers, vous savez tout comme moi que beaucoup de domaine étaient dis « masculins » et proscrits à la gente féminine. Il était donc important pour moi de pouvoir échanger avec des femmes en situation et de montrer que les temps changent. Malheureusement, il reste des domaines où c’est encore difficile de s’intégrer en tant que femme (métiers du bâtiment par exemple), mais je tends à penser que les moeurs évoluent et que petit à petit les femmes pourront exercer les métiers qui leur plaisent quelque soit le domaine, en étant respectées pour la qualité de leur travail.

Merci au Salon FORMEO de valoriser tous les métiers de manière aussi complète. Nos jeunes ont besoin de cet accompagnement pour espérer se sentir bien dans leur future fonction professionnelle.

Je vous embrasse.

Sass

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *