L’Afro et nos stars

Il y a quelques jours de ça, un ami interpellait sa communauté Facebook, sur la représentation ou plutôt la non-représentation des femmes à la peau foncée avec leur bel afro dans les clips de nos artistes locaux. 

©wallpapersQQ.net

Et c’est vrai que cela m’a fait réfléchir. Pas que je ne me sois jamais rendue compte que nous n’étions pas représentées dans les clips, mais plutôt pourquoi ? À l’heure où l’on revendique un peu partout dans le monde sa « négritude », ou une Lupita Nyong’o fait un carton partout ou elle passe,( A découvrir son interview dans votre prochain Créola du mois d’Avril ),  pourquoi aux Antilles, notre afro n’est considéré que comme une mode? Comme un « truc » sans intérêt ? Comme quelque chose de moche ou pas vendeur ? 

Il est vrai que pendant des années, nous avons voulu, nous mesdames, ressembler à ces femmes que l’on voyait à la télé. Ces femmes aux cheveux lisses que nos hommes adulaient. Parce qu’il ne faut pas se mentir, il y a quelques années de ça, nos cheveux crépus n’étaient pas sexy et pour beaucoup l’image de personnes négligées. Nos hommes ne pouvaient clairement pas s’aventurer sur ce terrain et d’ailleurs, ils n’en avaient pas envie. Les années passées, les mentalités ayant évolué, nous sommes maintenant acceptées. Mais de manières encore très marginales. 

Évidemment, le problème n’étant pas qui on met en avant, mais plutôt pourquoi renier une partie de la population ? Qu’est-ce qui fait que pour certains, nous n’avons pas notre place au-devant de la scène ? Bien sûr, il n’y a pas que des hommes qui pensent cela. J’ai entendu de nombreuses fois, des femmes critiquer mes consœurs pour la qualité de leurs cheveux. Oui, parce qu’un cheveu crépu doit boucler selon la nouvelle norme établie par la majorité. Un 4C en afro?!!! Mon Dieu, pourquoi elle ne se coiffe pas ? Et le problème est aussi l’image que nous avons de la femme noire et de ce qu’elle doit représenter pour être « acceptable ». 

Alors je crois que le combat est loin d’être gagné. Comment se faire accepter par le monde entier, quand les hommes qui nous ressemblent sont les premiers à nous rejeter ? Quand ceux qui sont au-devant la scène, seront-ils fiers de nous montrer dans toute notre splendeur ? 

PS : à toutes les lectrices de Créola, noires à la peau ébène, métisse, blanche, jaune, grosse, mince, soyez fières de ce que vous êtes. Nous sommes toutes MAGNIFIQUES !

Thia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *